La biorésonance et la maladie de Wilson

La biorésonance et la maladie de Wilson

La vie peut être pleine d’obstacles désagréables qui visent souvent notre santé. Pour Irfan, un garçon de quatorze ans, la maladie de Wilson est une maladie inattendue qui cible son corps tout entier. Cette maladie génétique a rendu Irfan gravement malade et lui a finalement fait perdre la capacité de parler ou de marcher. Voyons de plus près ce qu’est la maladie de Wilson, pourquoi elle est si dangereuse et, bien sûr, voyons aussi si la thérapie par biorésonance a été d’une quelconque utilité pour ce garçon.

Qu’est-ce que la maladie de Wilson ?

La maladie de Wilson n’est pas une maladie communément connue en raison de sa rareté ; nous devrions donc commencer par examiner de plus près la maladie elle-même. Il s’agit d’une maladie héréditaire qui entraîne une altération de la capacité du foie à déposer un excès de cuivre dans la bile ; ainsi, une accumulation de cuivre se produit dans le foie et, plus tard, dans d’autres organes du corps également. Le cerveau et les yeux ne sont que quelques-unes des zones particulières où le cuivre commence également à s’accumuler. La maladie est principalement diagnostiquée chez les patients âgés de cinq à 35 ans.

Il convient de noter que le cuivre est nécessaire au corps humain pour certaines fonctions, notamment le maintien de la santé des nerfs et des os, l’aide à la production de collagène, et que le cuivre joue également un rôle dans la mélanine. Cependant, le corps n’a besoin que de très petites quantités de cuivre. L’excès de cuivre est déposé dans la bile par le foie, puis expulsé du corps par le système digestif. Dans le cas de la maladie de Wilson, l’excès de cuivre n’est pas correctement expulsé et s’accumule plutôt dans les organes, ce qui finit par entraîner un empoisonnement au cuivre.

Les causes de la maladie de Wilson

La maladie de Wilson est héritée des deux parents. La maladie survient lorsqu’une mutation autosomique récessive se produit dans un gène connu sous le nom de gène ATP7B. Lorsque la mutation du gène est héritée des deux parents, la probabilité que l’enfant soit atteint de la maladie de Wilson est nettement plus élevée. Il convient de noter que si un seul parent est affecté par la mutation du gène, l’enfant ne développera pas la maladie de Wilson, mais agira plutôt comme porteur – ce qui signifie que l’enfant pourra un jour transmettre la maladie à son enfant. Lorsque les deux parents sont effectivement affectés par la mutation génétique, il y a alors 25 % de chances que l’enfant développe la maladie de Wilson.

Symptômes de la maladie de Wilson

L’identification précoce des symptômes de la maladie de Wilson est cruciale, car la maladie peut devenir mortelle si elle n’est pas traitée. Même si la maladie est présente dès la naissance d’un individu atteint, les symptômes ne commenceront à apparaître que lorsque le cuivre commencera à s’accumuler dans ses organes. Les symptômes associés à la maladie de Wilson sont les suivants :

Fatigue
Signes de jaunisse, notamment une peau et des yeux jaunâtres.
Une diminution de l’appétit.
Douleurs abdominales.
Anneaux de Kayser-Fleischer (une décoloration des yeux qui semble brun doré).
Raideur musculaire.
Mouvements involontaires.
Accumulation de fluides dans l’abdomen ou les jambes.

Le cas de la thérapie par biorésonance et de la maladie de Wilson

La thérapie par biorésonance est basée sur le principe que chaque organe du corps humain, ainsi que les tissus et autres parties du corps, émettent une onde électromagnétique. L’interface de programmation intégrée à l’appareil est capable de déterminer où se trouvent les anomalies dans le corps en associant la rétroaction obtenue à partir des ondes électromagnétiques du corps à un programme préétabli. Celui-ci fournira alors une description des zones du corps du patient où quelque chose ne va pas.

Dans le cas de la maladie de Wilson, nous avons discuté de la façon dont Irfan, un jeune garçon, a été diagnostiqué avec la maladie de Wilson et a souffert de symptômes graves pendant une période de deux ans. Les médecins avaient du mal à maintenir son taux de cuivre. Il est finalement devenu paralysé et ne pouvait plus parler. Les parents d’Irfan ont pris conscience de la thérapie par biorésonance et, sans plus d’espoir, ont décidé de tenter cette approche holistique du traitement des maladies du corps. Après quatre mois de séances, le taux de cuivre dans le corps de leur garçon avait considérablement diminué. L’approche du traitement a permis de détecter tous déséquilibres dans les ondes électromagnétiques soumises par le jeune corps, puis a utilisé un instrument spécial pour renvoyer une fréquence vers les parties qui étaient “désynchronisées” – la fréquence correspondait à ce qui était considéré comme une fréquence “normale” ; ramenant ainsi les ondes électromagnétiques des organes du corps à leur synchronisation. Cela permettait au corps d’expulser les accumulations de cuivre dans les organes concernés.

Conclusion

La maladie de Wilson peut entraîner des complications mortelles si elle n’est pas traitée. Une meilleure compréhension des symptômes associés à la maladie peut conduire à la mise en place d’un protocole de détection et de traitement précoce. Le cas d’un garçon de quatorze ans a permis de conclure que la thérapie par biorésonance peut être une option de rééquilibrage alternative utile dans le cas de la maladie de Wilson, après que les niveaux de cuivre dans le corps du jeune garçon aient diminué d’un niveau impressionnant à la suite d’un cycle de quatre mois de séances de biorésonance .

Séances de biorésonance : http://www.latherapiedufutur.com

traduction : https://bioresonance.com/

N’écartez pas l’avis de votre médecin traitant. Les méthodes proposées sont complémentaires avec un traitement en cours. Seul votre médecin peut établir un diagnostic et modifier vos traitements.

Partager cette publication