La biorésonance et l’agriculture

La biorésonance et l’agriculture

La biorésonance pourrait-elle s’appliquer au secteur agricole ?

La biorésonance est utilisée depuis longtemps tant pour les personnes que pour les animaux de compagnie. Cette méthode pourrait-elle également avoir un impact positif sur les plantes ? Des preuves surprenantes suggèrent que cela pourrait être le cas.

Utilisation de la biorésonance dans un vignoble

Le célèbre producteur de vin Michel Chapoutier est connu pour mettre en œuvre de nouvelles idées et ne pas simplement suivre les tendances des autres vignerons. Par exemple, il est devenu le premier producteur de vin à incorporer le braille dans les étiquettes de vin.

Michel est également passionné par la biodiversité et pense qu’il est important de maintenir un bon équilibre des différents micro-organismes dans le sol où poussent les cultures. Il considère que la préservation de la santé des vignes et de leur environnement est un élément crucial du processus de fabrication du vin. C’est pourquoi il a expérimenté la biorésonance sur ses vignes, en utilisant des électrodes pour mesurer le courant électrique des vignes.

Il a eu l’idée d’essayer la méthode de biorésonance après avoir lu les travaux de Cleve Backster, un ancien agent de la CIA et expert en polygraphie (détecteur de mensonges). Dans son livre “Primary Perception : Biocommunication with Plants, Living Foods and Human Cells”, Cleve décrit comment il a obtenu des résultats fascinants en utilisant un polygraphe pour évaluer les signaux électriques des plantes en réponse à l’émotion humaine. Michel Chapoutier affirme que les vignes réagissent différemment selon l’individu qui les cultive et que cela a un impact direct sur la santé des plantes.

La biorésonance et la germination des semences

Cela peut sembler inhabituel, mais il ne s’agit pas d’un exemple isolé de biorésonance utilisée dans un cadre agricole. Par exemple, dans une étude scientifique, les chercheurs ont découvert que cette méthode pouvait avoir une influence sur la germination des semences.

La plante asafoetida (ferula assa-foetida) appartient à la famille des apiaceae. Sa résine gommeuse est utilisée comme épice, notamment dans la cuisine indienne, et possède également des propriétés médicinales.

Toutefois, les graines de cette plante ont une période de dormance assez longue, ce qui signifie qu’elles mettent beaucoup de temps à germer. Les graines ont été traité par biorésonance.

Les résultats de ces tests ont été très impressionnants : germination plus rapide, et plus grand nombre de graines.  Dans le groupe de biorésonance la germination a pris 15 jours, alors que dans le groupe de contrôle la germination a pris 40 jours. Le pourcentage de germination le plus élevé a été enregistré avec un impressionnant 96,6 % pour deux séances.

Dans d’autres études, la biorésonance s’est également avérée utile pour la germination de diverses cultures, notamment le blé, l’orge, le riz, le maïs et la pomme de terre.

Ces résultats impliquent que la thérapie de biorésonance pourrait être utilisée pour accélérer la germination des semences. Cela pourrait permettre de répondre plus efficacement à la demande de ces plantes, ce qui rendrait peut-être la production de ces cultures plus économique.

Conclusion

Bien que la biorésonance soit principalement conçue comme une thérapie complémentaire pour les personnes et les animaux, il semble que cette technologie puisse également être appliquée dans d’autres domaines. Ce n’est là qu’un exemple d’utilisation de la biorésonance dans un cadre agricole, bien que d’autres études aient également donné des résultats prometteurs.

Séances de biorésonance : http://www.latherapiedufutur.com

traduction depuis : https://bioresonance.com/

Partager cette publication